à la Une

10 bonnes raisons de passer les fêtes de fin d’année en Australie

Lorsqu’on est en France, les fêtes de fin d’année riment souvent avec grisaille, froid, et longues après-midis enfermés en attendant les festivités. Mais dans certaines parties du monde, l’ambiance est totalement différente, notamment en Australie ! Cette destination fait bien sur rêver beaucoup de personnes surtout en cette période, mais si vous n’êtes pas encore convaincu de l’extraordinaire potentiel de ce pays, voici 10 bonnes raisons de passer les fêtes de fin d’année en Australie.

1.En Australie, pendant le mois de décembre, l’été bat son plein. Et qui dit été en Australie dit soleil garanti et températures dignes d’une rôtissoire. Ça ne vous dirait pas de passer vos vacances de Noël en tongs pour une fois ?

 

2.Les principales grandes villes australiennes sont situées au bord de la mer, il y a donc de fortes chances pour que vous passiez votre temps à faire trempette ou bien profiter de douces soirées au bord de l’eau.

Christmas eve fun! 🐶 #christmaseve #christmasinsummer #ilovemelbourne #iloveaustralia

A post shared by Laura B (@getitizy) on

 

3.Les Australiens fêtent Noël le 25, pas le 24 au soir comme nous. Alors pourquoi ne pas céder à cette tradition et organiser un déjeuner de Noël plutôt qu’un diner ? Au moins vous pourrez vous gaver encore plus, et avoir encore du temps pour tout digérer avant d’aller vous coucher. En plus ça sera l’occasion de goûter à quelques spécialités locales.

 

4.L’été c’est également la saison des barbecues en Australie. Enfin c’est toute l’année, mais l’été cette pratique atteint son apogée et avec tous les barbecues publics disponibles, vous ne trouverez aucune excuse pour ne pas vous y mettre vous aussi ! Franchement, qui ne rêve pas de bonnes grillades en plein décembre ?

 

5.Vous serez parmi les premiers au monde à souhaiter une bonne année ! C’est pas la classe ça ?

6.Le feu d’artifice du 31 décembre de Sydney est à lui seul un argument qui devrait vous convaincre de traverser la planète. C’est tout simplement le plus spectaculaire du monde, et avec tous les feux d’artifices des alentours, vous ne saurez où donner de la tête.

 

7.Vous reviendrez tout bronzé et vos amis/collègues vous flatteront sur votre superbe hâ Ou bien vous feront la gueule pendant un mois, parce qu’eux ont dû se coltiner un Noël sous la pluie avec leur belle-famille a-do-rée et sont restés blancs comme des culs. Et en plus ils ont pris 4 kilos.

8.Vous en revanche, vous aurez eu l’occasion de faire plein d’activités et de rester bien dynamique pour éviter de vous attraper cette petite bouée caractéristique des repas de fêtes. Vous aurez même peut-être perdu ce petit bourrelet qui vous gênait.

The pristine waters of Rainbow Bay never cease to amaze us #visitgoldcoast Photo: @sunnyriver . . #thisisqueensland #seeaustralia

A post shared by Destination Gold Coast (@destinationgoldcoast) on

 

9.En cette saison festive de nombreux jeunes étrangers se rendent en Australie et se ruent sur la côte Est. C’est donc l’occasion parfaite pour faire des rencontres et faire la fête avec des gens venus des quatre coins du monde !

10.Profitez-en aussi pour organiser un road trip de rêve ! Quelle que soit la côte que vous longerez, vous verrez des centaines de paysages à couper le souffle qui vous assureront un dépaysement garanti !

#12apostles #greatoceanroad #ilovemelbourne #iloveaustralia

A post shared by Laura B (@getitizy) on

 

Alors, convaincu ? Dans ce cas, commencez à économiser dès maintenant pour vos prochaines vacances de Noël !

 

 

Christmas Down Under : un Noël pas comme les autres

Fêter Noël en France ou en Australie, ce n’est pas la même chose. Qu’il s’agisse des repas, des jours fériés, des relations entre collègues, il existe certaines différences qui méritent d’être mentionnées.

L’arrivée des fêtes de fin d’année en Australie se fait dans une ambiance particulière pour qui n’est pas habitué à célébrer Noël en plein été. On n’est généralement peu habitué à faire ses courses de Noël en tongs, à préparer des barbecues pour le réveillon, ou à passer le 25 décembre à rôtir en plein soleil.

Prêts pour accueillir les cadeaux au pied du sapin

Pourtant je vous le confirme, ici on fête Noël, et on ne plaisante pas ! Tout le monde se prépare d’ailleurs très tôt : cette année je voyais déjà des coffrets cadeaux ou autres décorations en vente dans les grandes surfaces dès le mois d’octobre. Vous me direz que ce n’est pas tellement différent de ce qui se passe en France, mais c’est sans doute l’un des seuls points communs…

J’ai eu l’occasion de fêter Noël à plusieurs reprises en Australie, dont un en « famille » (pas la mienne de famille, mais une vraie famille d’Aussies comme on les aime !) et fréquentant pas mal d’Australiens, je me suis rendue compte qu’on n’abordait pas tout à fait les choses de la même manière…

Voici ce qui me frappe le plus lorsque l’on passe un Noël à l’Australienne.

Pour commencer, le climat bien entendu. Ici on passe Noël parfois sous 40 degrés, sachant qu’à Melbourne il peut faire 35 pour le réveillon, et 17 le 25 décembre, mais EN GÉNÉRAL, il fait chaud en Australie pendant les fêtes de fin d’année. Et il fait beau. Et si on a la chance d’habiter en bord de mer, on peut passer le soir du réveillon à faire la fête à la plage, ou, si l’on n’habite pas à la plage, on peut siroter un truc bien frais dans son jardin, peinard… enfin vous voyez le décor.

Noël sous le soleil…

Ensuite j’ai souvent l’impression que les Australiens dépensent beaucoup d’argent pour Noël. Alors je me suis dit que j’allais rechercher le budget moyen par famille attribué aux activités liées à Noël : repas, cadeaux, sorties diverses.

Et bien figurez-vous qu’en France, le budget est de 580 euros en moyenne, alors que les Australiens dépensent en moyenne 760 euros ! C’est quasiment 200 euros de plus ! Alors bien sûr, le pouvoir d’achat est meilleur de ce côté de la planète, mais cela fait tout de même une sacrée somme consacrée aux fêtes.

Et apparemment les Australiens ne consacrent pas leur budget cadeau qu’aux membres de leur famille : le Secret Santa est une pratique très courante entre amis ou collègues. Rien de nouveau ici, on est également familiarisé avec cette tradition en France bien qu’elle soit moins répandue. Il s’agit tout simplement de tirer un nom au hasard parmi une liste de personnes participantes et de lui offrir un petit présent ! Je trouve l’initiative très sympa et cela permet sans doute de resserrer d’avantage les liens au sein une équipe. Il semblerait également que de nombreux patrons offrent un dîner ou organisent une « Christmas party » pour leurs employés : un moyen super de remercier tout le personnel pour les efforts fournis durant l’année ! Je ne suis pas sûre en revanche que ce soit très courant en France…

Gold & copper 😍 #giftorium #christmas

A post shared by MYER (@myer) on

Les crackers, une autre spécialité en Australie

Un autre point divergent s’observe au niveau des jours fériés. En Australie, on ne fait rien le soir du réveillon. D’ailleurs, la notion de Réveillon, bien qu’elle existe, ne signifie pas grand-chose. Pas de repas particulier, d’ailleurs on essaye d’être raisonnable et de se coucher tôt en vue du « Big Day ». Les Australiens fêtent Noël le jour de Noël. A midi. Donc il faut passer toute la matinée à s’activer derrière les fourneaux pour délivrer un repas copieux qui fera plaisir, on l’espère, a tous les invités. Mieux vaut ne rien oublier sur la liste de courses, car autant vous dire que tout est fermé le 25 décembre.

Ils passent généralement leur après-midi à picoler et/ou à jouer au cricket.

Hit out then drink up. #twentytwoyards #cricket #cricketcooler 📷 @cricket_cooler

A post shared by TwentyTwo Yards (@twentytwoyards) on

Un jour de Noël typique, avec l’accessoire indispensable : la glaciere/guichet de cricket

Par ailleurs, un jour très important suit Noël : Boxing Day, qui est férié pour la plupart des Australiens. C’est un peu le Black Friday à l’Australienne, avec des soldes qui attirent des milliers de clients.

Les Australiens mangent beaucoup de choses pour Noël, comme en France. On retrouve souvent des produits familiers sur les tables australiennes tels que les fruits de mer, des rôtis divers, des légumes…

Travers de porc grillés et salade rafraîchissante

Mais on peut aussi voir des plats un peu plus locaux que nous autres Français cuisinons peu, voire pas du tout :

  • Des gros jambons
  • Des grosses dindes
  • De la sauce de canneberge pour égayer votre assiette
  • De la Pavlova, une grosse meringue recouverte de chantilly et de fruits frais
  • Du Christmas Pudding, sorte de gros gâteau épicé aux fruits secs servis avec de la glace au brandy (une liqueur tout aussi appétissante)
  • Tout ce qui peut être grillé sur un barbecue, qui est aussi une option choisie par nombre d’Australiens.

La pavlova, sans doute le dessert préféré à Noël

Certains de ses plats s’avèrent d’ailleurs délicieux : il suffit d’avoir un esprit ouvert et une certaine curiosité gustative. Me croiriez-vous si je vous disais que j’adore les sandwiches dinde-mayo-confiture de canneberge ?

L’autre avantage de fêter Noël en été, ce sont tous les délicieux fruits de saisons !

For the ultimate Christmas entertaining platter, we've drawn inspo from the amazing @mrpaddingtonbear!

A post shared by Woolworths (@woolworths_au) on

Des produits frais de saison, pour un Noël allégé

Finalement pour nous, ce sera un Noël à deux, sans chichi, et avec un peu de chance le soleil sera au rendez-vous et nous pourrons organiser un vrai Noël à l’Australienne avec barbecue et fin d’après-midi à la plage.

Et vous que prévoyez-vous pour Noël ?

Aussie Award #3

Pour les Australiens, le barbecue c’est sacré. Et certains d’entre eux ne manqueraient pour rien au monde l’occasion de se délecter d’une saucisse bien grasse et juteuse préparée lors d’un « sausage sizzle ».

 

Mais pour certains, se déplacer pour un petit en-cas grillé demande un effort bien trop important. Alors un Aussie malin a trouvé la solution. Pourquoi ne pas se faire livrer directement sa chipo à sa porte ? Ou même… dans son jacuzzi ?

C’est ce que notre Aussie de la semaine a décidé de faire, aidé d’un drone équipé d’une caméra et d’un petit panier. Le drone s’est dirigé vers le Bunnings (une enseigne de bricolage) le plus proche, s’est approché d’un client lambda qui a pu découvrir la note jointe à l’appareil : « Merci d’acheter une saucisse et de la déposer dans le panier. Voici 10 dollars ».

Le clou de l’histoire : l’homme a obtenu ce qu’il voulait !

Malheureusement, il a enfreint plusieurs lois en agissant de la sorte, une enquête a donc été ouverte, et il pourrait écoper d’une amende de… 9000 dollars !

Il s’agirait en fait d’un montage de plusieurs scènes tournées à différents moments, et l’homme n’aurait pas réellement survolé tous les endroits cités dans l’enquête.

Le risque d’amende est lui bien réel : cela fait bien cher pour une saucisse et un tout petit peu de notoriété…

 

 

 

 

 

8 cafés pour bruncher à Melbourne

Après quelques semaines de vacances et de retour aux sources en France avec mon chéri, d’où la raison de mon inactivité (mais je ne vous ai pas oubliés!), nous sommes rentrés à Melbourne. Et dès que nous avons pu, nous nous sommes levés à l’aube (décalage horaire oblige) pour faire l’une des choses qui nous a le plus manquée pendant nos vacances : aller se faire un brunch !

C’est une véritable institution ici, et le brunch se prend en fait toute la journée : les cafés offrent généralement à la carte un « petit-déjeuner » dès tôt le matin jusqu’à parfois 15h ou 16h. Et ce n’est pas plus mal !

Les plats typiques proposés sont souvent bien loin de nos classiques français. Ici pas de brioche, croissant ou pain au chocolat à la carte (à quelques exceptions près bien sûr). Vous aurez droit aux oeufs Bénedicte, un écrasé d’avocat sur une tranche de pain aux céréales, des rostis de pomme de terre au saumon fumé, et bien évidemment le « big brekky » avec saucisse, haricots, bacon, tomate grillée, champignons (et j’en passe). Vous pouvez bien entendu vous régaler de fameux pancakes ou gaufres, pour une note plus douce.

Des oeufs brouillés, un bel avocat et un peu de fromage frais. Le combo parfait pour bien démarrer la journée !

Peut-être que tout ça ne vous tente pas, vous semble un peu lourd et pourtant je vous assure, on s’y fait très vite, et le brunch a ses avantages ! Pris assez tard dans la matinée (en effet je ne mangerais pas forcément tout cela à peine réveillée), il fait office de petit-déjeuner ET de déjeuner; d’où le nom brunch, qui contracte les termes « breakfast » et « lunch ». Et les choix sont tellement variés que vous pouvez manger quelque chose de différent à chaque fois !

On peut aussi se régaler de pancakes, pour un p’tit-déj’ tout en douceur.

A Melbourne, les endroits où bruncher sont nombreux, divers et certains cafés rivalisent parfois d’originalité par les ingrédients utilisés, la présentation des plats, le tout pour bien sûr attirer toujours plus de clientèle.

Voici alors une sélection (en vrac !) de cafés testés et approuvés par… moi ! Je les ai adoré pour la qualité de la carte* mais aussi pour l’atmosphère générale qui régnait lorsque je m’y suis rendue ou encore l’emplacement idéal. Retrouvez en fin d’article une carte interactive pour tous les essayer !

*Mes recommandations ne seront pas systématiquement disponibles, les cartes changeant régulièrement, mais vous trouverez sûrement des équivalents: les classiques sont toujours proposés avec quelques variations possibles.

The Kitchen at Weylandts, Abbostford

Les +

A quelques pas de South Yarra Bend Park, idéal pour une balade du dimanche

Au cœur d’un magnifique magasin de meubles et déco qui vaut le coup d’oeil

A proximité de Richmond, s’il vous reste de la place pour déjeuner

Ma recommandation

La Breakfast Board, avec ses croquettes de chorizo et bacon

La Fayette, Port Melbourne

#breakfastinmelbourne #cafelafayette #ilovemelbourne #iloveaustralia

A post shared by Laura B (@getitizy) on

Les +

Vue sur mer

A deux pas de la plage

Carte sophistiquée et très « Melbournoise »

Ma recommandation

Le Freaky Shake

St Ali, South Melbourne

Les +

Une carte riche et originale

La proximité du South Melbourne Market

Le Bloody Mary, à tester

Ma recommandation

My Mexican Cousin

Isit, Prahran

Our toasted granola with poached quince & raspberry #isitcafe #prahran #melbourne #melbournecafe

A post shared by ISIT CAFE (@isitcafe) on

Les +

A quelques minutes du marché de Prahran

Tout près de Chapel Street

Une ambiance très « Melbourne »

Ma recommandation

Chorizo eggs

The Convent Bakery, Collingwood

Les +

A deux pas de la ferme pour enfants de Collingwood

Au coeur de Yarra Bend Park

Le Farmers Market, un samedi sur deux

Ma recommandation

L’avocat écrasé accompagné d’un œuf poché

The Grain store, Melbourne CBD

Les +

Au cœur du CBD

Une déco moderne et sophistiquée

L’usage de produits locaux, souvent bio

Ma recommandation

Les corn fritters

Otto Epicurean, Sandringham

Delicious mixed berry 🍓 pancakes at @ottoepicurean 😌 #breakfast #pancakes #foodporn

A post shared by Laura B (@getitizy) on

Les +

Les pancakes aux fruits rouges

Les pancakes aux fruits rouges

Les pancakes aux fruits rouges

Ma recommandation

Les pancakes aux fruits rouges

Two birds, one stone, South Yarra

Les +

La localisation, South Yarra et ses boutiques chics

L’ambiance très « Melbournoise »

Le café

Ma recommandation

Leur omelette au poisson

Bien que les cartes soient régulièrement modifiées par les différents chefs -et c’est tant mieux !- vous aurez toujours un large choix de plats, et tout particulièrement dans les cafés susmentionnés dont les cartes sont très riches ! Attention, il en existe des centaines autour de Melbourne, tous proposent des grands classiques, mais ils ne sont pas toujours à la hauteur !

Et vous, quel est votre endroit préféré pour aller bruncher ?

Melbourne, il y a 181 ans

Hier, c’était Melbourne Day. Vous étiez au courant ? Moi non plus. Enfin je savais que l’on « fêtait » Melbourne Day, mais cela m’était complètement sorti de la tête. De toute façon, je travaillais et je n’aurais pas pu me rendre à la City, théâtre des célébrations.

Mais si j’ai manqué l’évènement, je me suis dit que c’était l’occasion de revenir sur quelques faits qui ont conduit Melbourne à être ce qu’elle est de nos jours et d’en apprendre un peu plus sur l’histoire toute récente de cette ville incroyable. Aujourd’hui je vous propose de repartir 181 ans en arrière pour en savoir plus sur la fondation de Melbourne.

Des éleveurs devenus fondateurs

Le 30 août 1835, les vents soufflèrent dans les voiles de l’Enterprize, venu de Tasmanie, pour le mener jusque sur la rive nord de la Yarra River. L’Enterprize, un navire de 27 mètres de long, avait été acquis par Fawkner en avril 1835 spécialement pour mener une mission dans le district de Port Phillip. Son idée était de se rendre sur place pour trouver un « petit » bout de territoire idéal pour établir une colonie. Le problème, c’est que Fawkner ne put participer au voyage : il fut détenu à George Town, au nord de la Tasmanie, pour des histoires d’argent… Fawkner fut donc forcé de rester sur l’île, pendant que son navire se dirigeait vers de nouvelles contrées…

A bord de l’Enterprize, des éleveurs à la recherche de terres pour leurs troupeaux de moutons. Des colons qui cherchaient comme tout le monde à faire fortune. Le dimanche 30 Août 1835, les passagers posèrent pied à terre et établirent de la première colonie européenne de Melbourne. Cet endroit correspond aujourd’hui à l’Enterprize Park, et se situe juste en face de l’Immigration Museum.

L'Enterprize
L’Enterprize

Fawkner vs. Batman

Bien que Fawkner n’eusse participé à l’expédition, il était le propriétaire du navire et l’organisateur du voyage. C’est pour cette raison qu’il se proclama fondateur de Melbourne. Mais il n’était même pas présent ! On pourrait d’ailleurs en tirer une moralité : payez toujours vos dettes avant de conquérir de nouveaux territoires. Tâchez de vous en rappeler.

On entend aussi souvent parler de Batman. Pas celui auquel vous pensez, mais John Batman : un autre navigateur qui établit un campement dans la Bellarine Peninsula en juin de la même année. Même s’il parvint à signer un « accord » avec des aborigènes pour acheter des terres le long de la Marybirnong River, au nord de l’actuelle Melbourne, ce « contrat » fut annulé par la suite par les autorités à son retour en Tasmanie. Entre temps Fawkner avait eu le temps de mener sa propre affaire de son côté. La moralité ici : n’essayer pas d’arnaquer les gens.

John Fawkner vs. John Batman

Mais finalement, qui est donc le fondateur de Melbourne ?

Bien que les deux explorateurs aient largement participé à l’évolution de Melbourne dans ses premières années, les historiens s’accordent pour affirmer que les fondateurs sont les colons qui faisaient partie de la première expédition de l’Enterprize en août 1835.

« Cinq hommes, une femme enceinte et un chat furent les premiers fondateurs de l’actuelle métropole », écrivit Garryowen, un des premiers journalistes de la ville, dans Chronicles of Early Melbourne 1888.

The Chronicles of early Melbourne, Garryowen
Les premiers colons, The Chronicles of early Melbourne, Garryowen

Batmania, capital du Victoria

Melbourne aurait pu s’appeler différemment : dans les premières années, aucun nom officiel n’avait été donné. On pouvait entendre Barebrass, Bearport, Dutergalla, Bareheep, et… Batmania.

Ce n’est qu’en mars 1837 que le nom définitif et officiel fut choisi : Melbourne était le village de résidence du premier ministre anglais de l’époque.

Fondation, ou réappropriation ?

Melbourne fut fondée en 1835, et l’on est encore incertain sur les vrais créateurs.

Malheureusement, l’on oublie souvent que l’Australie n’était pas déserte lorsque les Européens arrivèrent. L’actuelle Melbourne était à l’origine occupée par des peuples aborigènes, essentiellement les Kulins. C’est avec eux que Batman tenta de signer un traité pour s’approprier des terres. Et même si cet accord fut annulé par la suite, il ne reste guère de traces de l’occupation ancestrale de ces populations légitimes.

Signature du "traité" avec le populations locales
Signature du « traité » avec le populations locales

Et pour en savoir encore un peu plus, je vous conseille de lire l’histoire de Gilbert, le premier chat de Melbourne.